2013

Être professeur et devenir millionnaire en Corée du Sud

512px-Elearnroom

Kim Ki-hoon, professeur vedette

La nouvelle a fait le tour du monde plus tôt cette année et le nom du professeur sud-coréen Kim Ki-hoon, qui est déjà une vedette dans son pays, a obtenu une attention internationale. En résumé c’est l’histoire d’un professeur qui gagne plus de 4 millions de dollars par année. La plus grande partie de ce montant provient de ses cours en ligne que l’on peut acheter au coût de 4$/heure.  Kim Ki-hoon affirme lui-même humblement que des 60 heures/semaine qu’il travaille seulement 3 heures sont consacrées à l’enseignement traditionnel en classe ou en cours privés et le reste de son temps il le passe à répondre aux courriels, écrire le contenu de ses cours ou préparer ses leçons en ligne. Il faut dire que sa réputation en tant que professeur provient aussi d’un nombre impressionnant d’articles, de recueils de textes et de livres d’école soit plus de 200 publications.

Un double système d’éducation qui fonctionne

En Corée du Sud on peut presque parler d’un système d’éducation à double vitesse où le privé côtoie le parcours traditionnel sur une base quotidienne. Il y a plus de tuteurs et de professeurs qui donnent des cours privés que de professeurs dans les écoles. C’est ce qu’on nomme les hangwon. En effet, là-bas la plupart des étudiants ont des cours de jour qui se poursuivent avec des tuteurs privés le soir. Et cela semble fonctionner. Les étudiants sud-coréens de 15 ans se classent au deuxième rang mondial pour leurs aptitudes de lecture. Par ailleurs, environ 93% des élèves obtiennent leur diplôme du secondaire comparativement à 77% aux États-Unis.

Des professeurs rémunérés à la performance

Kim Ki-hoon comme la plupart des professeurs privés n’a pas de salaire de base ni de bénéfices marginaux. La formule est simple : plus il travaille fort et est apprécié de ses élèves, plus il gagne de l’argent. Ainsi plus un professeur privé est bon plus il fait un bon revenu et s’il n’est pas performant il gagne beaucoup moins qu’un professeur du système public. Les étudiants doivent évaluer régulièrement et exhaustivement leurs professeurs privés afin de s’assurer qu’ils transmettent les apprentissages de manière impeccable. Parmi les critères d’évaluation il y a la passion du professeur envers la matière, sa capacité d’expliquer des concepts difficiles, etc.

 VCCI0002

L’avenir de l’éducation

On voit partout dans le monde exploser le phénomène des cours en ligne. Les hangwon coréens en ligne connaissent une croissance fulgurante avec des revenus de plusieurs milliards de dollars/années. Megastudy, le hangwon qui embauche Kim Ki-hoon, est en bourse et déclare des revenus annuels de 17 milliards. Kim Ki-hoon avec plus de 150 000 étudiants qui achètent ses cours chaque année a dû embaucher une trentaine de personnes pour l’aider à gérer ses leçons en ligne. L’achat de cours en ligne pour des professeurs avec lesquels les étudiants connectent semble une avenue intéressante pour l’éducation du futur. Avec des classes qui débordent, des professeurs surchargés et des étudiants férus de nouvelle technologies peut-être que les cours virtuels, les classes en ligne et les professeurs sur internet représentent l’avenir du système d’éducation tant en Corée du Sud, qu’au Canada et ailleurs dans le monde.

Kdistudents_in_class (1)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s