2017 ARTICLES BY TOPIC

Mais pourquoi t’apprends le coréen?

quebec

Bonjour à tous! Je suis Marie-Noëlle, une nouvelle arrivée sur ce blog. Frappée depuis peu par la vague coréenne, je suis bien trop contente d’avoir trouvé un nouveau public à harceler avec mon enthousiasme pour les langues étrangères et les séries à l’eau de rose (mon entourage vous remercie d’ailleurs).

Devant mon intérêt pour la langue, la réaction est souvent la même : « … Mais pourquoi le coréen? ».

Cette question, je me la pose aussi. Voyez-vous, même pour une diplômée de linguistique, le coréen, ce n’est pas de la tarte. Testé auprès d’enfants et de guides touristiques insouciants, mon babillage se limite encore à un mélange maladroit de quelques verbes de base (quatre, pour être plus exacte), de particules plus ou moins bien choisies et d’une prononciation douteuse qui rappelle vaguement Minifée. C’est à la fois profondément décourageant et motivant.

Des tas de raisons me poussent pourtant à poursuivre mon apprentissage. Certaines intelligentes, et d’autres… beaucoup moins.

D’abord, parler coréen, c’est maitriser l’art de la nuance. La simple variation d’une terminaison peut vous faire passer de 좋아요 [jo-a-yo] « C’est bon », à 좋지요 ? [jo-ji-yo] « C’est bon, pas vrai? », en passant par 좋네요 [jo-ne-yo] « Je suis surprise, mais c’est bon! » et 좋다! [jo-ta] « Whoa! C’est bon! » (informel). De quoi éliminer les malentendus par textos!

Oubliez les kanji, les kanas et autres listes de caractères à mémoriser. Le roi Sejong le Grand nous a simplifié la vie en créant un alphabet à la portée de tous, composé de 24 symboles de base. Devant autant de simplicité, vous n’êtes qu’à quelques heures d’impressionner tous vos amis.

Apprendre une langue aussi différente de la sienne, c’est s’éjecter volontairement hors de sa zone de confort pour réapprendre à lire et à écrire. C’est modifier ses habitudes et ses plus vieux réflexes dans une incroyable gymnastique de l’esprit. L’ordre des mots? Connais pas. L’accord des noms? On oublie. Les pronoms? Optionnels.

Le coréen, c’est aussi drôlement pratique pour soigner sa dépendance aux K-dramas (et pour préparer une hypothétique et improbable rencontre avec Cho Jung Seok). C’est une porte ouverte sur l’Asie, sur de nouvelles références, d’autres façons de penser, sur de nouvelles opportunités. Mon passage sur ce blog en est la preuve.

Je vous prépare donc une saison rafraichissante à travers laquelle je vous propose de partager mes déboires et mes réflexions linguistiques, des anecdotes de voyage et de bonnes adresses coréennes à Montréal. Surveillez aussi mes billets mensuels sur les séries coréennes (in English my dear), dont le premier épisode paraitra dans les prochaines semaines.

열심히 일하겠습니다. 잘 부탁드립니다 ! À très bientôt!

9 replies »

  1. 좋다! Je parle de ton premier message sur ce blog, bien sûr! J’ai très hâte de te lire! À bientôt!

  2. Très intéressant! Mon Francais n’est pas la meilleure…. mais je veux vous dire que c’est trop vrai qu’est-ce que vous disent apropos des nuances en coréen!! C’était la chose la plus interessante pour moi quand j’apprenais le coréen! Très different d’anglais ou francais. Je suis excité pour votre prochaine “post” :)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s